Ouverture d’une table ronde sur la politique nationale de développement du sport

Publié le par Jean Eudes Ganga Mickemby

Les cadres du sport  congolais, les experts, les associations ont trois jours pour réfléchir sur des  thérapies à apporter au sport congolais. Ils devront notamment travailler  à doter le Congo d’une politique nationale de développement du sport. La table ronde qui a lieu au complexe sportif "La Concorde" de Kintélé a été ouvert par Florent Tsiba, Ministre d’Etat chargé du Travail et de la Sécurité sociale qui représentait le président de la République. C’était en présence de Léon Alfred Opimbat, le  Ministre des Sports . Un volumineux projet de politique nationale de développement du sport est soumis à l’examen des participants pour des amendements qui conduiront à l’élaboration d’un document final. Présidents des fédérations sportives, Directeurs départementaux des sports, Président de certaines ligues, experts du sport, associations sportives ont été repartis  en quatre ateliers thématiques justes après la cérémonie d’ouverture.

Pour soutenir leur réflexion, les participants auront plusieurs documents d’appui. Nous pouvons citer la loi portant création d’un fond national pour la promotion et le développement des activités physiques et sportives. Une loi datant de l’an 2000. Ce fond sera alimenté entre autres par les taxes sur le tabac et l’alcool, le budget de l’Etat, les paris sportifs et le PMU, les droits télé et radio ainsi que les taxes spéciales sur les sociétés et les entreprises sportives. Autre support de travail, le cadre stratégique pour le développement durable du sport en Afrique, la loi portant transfert des compétences aux collectivités locales datant de 2003. Selon cette loi, le sport fait partie des matières pour lesquelles les compétences sont transférées aux collectivités locales.    Une autre loi, celle de l’an 2000 portant organisation et développement des activités physiques et sportives qui fixe le fonctionnement des fédérations et détermine la politique du sport dans le secteur de l’enseignement.

Qu’en est –il de la mise en œuvre du Fonds national pour la promotion et le développement du sport ?

Cette  loi est elle déjà appliquée ? On se demande. Si c’est le cas, il y a donc un problème de communication. Les fédérations, les clubs, les ligues pourraient grace ce fond avoir des dividendes pour leur fonctionnement. Si cette loi ne connait pas encore d’application, la table ronde de Kintélé elle donc  l’occasion toute indiquée de faire un plaidoyer.  Rappelons qu’elle était voté en l’an 2000.

 …et la  loi portant transfert des compétences aux collectivités locales !

Elle date de 2003. Une loi qui fait  du sport l'une des matières pour lesquelles les compétences sont transférées aux collectivités locales.    La construction des stades et autres installations sportives dans presque tous les départements du Congo est une avancée indéniable. Mais on peut se demander par ailleurs ce que ces installations  peuvent apporter de concret si les collectivités locales ne sont pas véritablement responsabilisées  par à une autonomisation fondée sur le renforcement des capacités des acteurs départementaux de gestion du sport. Les assises de Kintélé ne vont pas créer grand  chose. Elles devraient plus être un cadre de plaidoyer pour l’application des loi existant.

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article