Interview d’ Alphonsine EKOMBA ATTA : « Pour ce quinquennat il faudrait absolument que dans notre pays les ménages soient en mesure de faire face à leurs besoins les plus fondamentaux »

Publié le par Jean Eudes GANGA MICKEMBY

Interview d’ Alphonsine EKOMBA ATTA : « Pour ce quinquennat il faudrait absolument que dans notre pays les ménages soient en mesure de faire face à leurs besoins les plus fondamentaux »

Alphonsine EKOMBA ATTA est une observatrice avertie de la société congolaise. En cette période marquée par la mise en place du gouvernement de la nouvelle République , elle a bien voulu se prêter à nos questions .

L’actuel gouvernement compte sept femmes contre trois dans le dernier. Avez-vous une réaction à cela en tant que femme?

C’est une avancée. En tant que femme je suis très contente. Nous avons énormément milité pour qu’il y ait la parité dans l’actuelle constitution. C’est vrai que sur trente huit ministres au total le nombre de femmes n’atteint même pas la moitié mais c’est déjà ça. Nous pensons qu’au prochain gouvernement le Président et son Premier Ministre feront plus d’efforts parce que nous pensons que les femmes peuvent beaucoup travailler. Il y a beaucoup de cadres femmes très dynamique qui peuvent très bien répondre au travail de notre administration au niveau du gouvernement.

Les jeunes Congolais ont beaucoup fait entendre leurs voix dans le sens de vouloir participer à la gestion de la chose publique. Ils sont nombreux à être nommés dans le nouveau Gouvernement. Pensez vous qu’ils seront à la hauteur ?

Vous savez, ce n’est pas parce qu’on est jeune qu’on ne peut pas ! D’ailleurs il est dit qu’aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre d’années. Toutefois, je pense lorsqu’un ministre arrive au gouvernement il doit s’appuyer sur les techniciens de son ministère. En dehors des techniciens il y a les personnes ressource avec lesquelles vous devez travailler même si, c’est vrai, c’est lui qui imprime le rythme. Enfin, le Ministre doit savoir choisir l’équipe avec laquelle il va travailler. Moi je pense que si le jeune Ministre a une très bonne équipe et qu’il sait imprimer le rythme les choses vont très bien marcher.

Vous êtes artiste, chanteuse au sein de la chorale « Chœur des Séraphins ». Le monde de la musique pleure un grand artiste, Papa Wemba. Un mot sur l’homme et son œuvre ?

J’aime beaucoup sa chanson « Maman » dans laquelle il vénère les qualités qu’une grande éducatrice que fût sa mère. C’est vraiment un grand souvenir que je garde de Papa Wemba parce qu’il a pensé que les femmes justement ce sont des grandes éducatrice.

Aujourd’hui se célèbre la journée internationale de la liberté de la presse. Quel regard portez-vous sur la presse congolaise ?

Je dirai que la presse est assez libre au Congo. Si vous voulez que je sois franche je ne suis pas très satisfaite sur de la presse écrite. Je lis beaucoup les journaux mais je dois dire que les journalistes doivent toujours aller chercher ce qu’il faut écrire. Il fait être professionnel. Il ne faut pas publier des articles sans fondements qui se nourrissent des rumeurs.

Vous êtes Congolaise. Quel est votre vœu le plus ardent pour ce quinquennat ?

Pour ce quinquennat je crois que, et le Président de le République a su bien le dire, il faudrait absolument que dans notre pays les ménages soient en mesure de faire face à leurs besoins. Je pense que le Ministère des petites et moyennes entreprises a un rôle est très important dans ce quinquennat. ll faudrait que l’Etat appuie l’initiative privé et les jeunes entrepreneurs par ce que tout le monde ne peut pas aller à la fonction publique qui est déjà pléthorique. L’appui de l’Etat doit aussi se faire au niveau des banques où les crédits sont difficiles à avoir. Je veux en somme que la ménagère soit en mesure de faire face à ces besoins les plus fondamentaux. Dans de domaine de la santé par exemple cela me fait mal de voir les Congolais, à cause du faible pouvoir d’achat, recourir aux médicaments de la rue qui tuent au lieu d’aller à la pharmacie ! Ce premier quinquennat c’est donc l’économie et le social parce que quand la population est forte économiquement elle peut bien travailler socialement. Si pour ce premier quinquennat nous sommes dans la vision du Président de la République, alors ce serait une très bonne chose.

Propos recueillis par Jean Eudes GANGA MICKEMBY.

Publié dans Actualité

Commenter cet article