Recherche scientifique : le gouvernement veut la sortir des sentiers battus

Publié le par Jean Eudes GANGA MICKEMBY

La troisième session du Conseil Supérieur de la science et de la Technologie s’est ouverte le mardi 20 décembres 2016 à Brazzaville par une cérémonie présidée par Hellot Matson MAMPOUYA, Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation technologique en présence du Ministre D’Etat d’Henri DJOMBO.

« Rôle de la recherche et de l’innovation dans la diversification de l’économie nationale », c’est le thème retenu pour cette session.  Le Conseil Supérieur de la science et de la Technologie, un organe consultatif de concertation entre les acteurs de la recherche et les partenaires représentant le secteur productif et socioculturel. Il éclaire le gouvernement sur  les grands choix de la politique scientifique et technologique. Selon le Ministre de le Recherche scientifique, Hellot Matson MAMPOUYA, « …la subvention de l’Etat progresse  d’année en année. Mais, malgré cet effort louable, cette subvention reste très faible, puisqu’elle n’a représentée que 0,13 % du PIB  de 1985 à 2015, donc très inférieure à la norme recommandée par les textes légales du pays en la matière ».

Par ailleurs, le Ministre a noté les efforts de la recherche scientifique du Congo  qui a réalisé des résultats satisfaisants sur certaines cultures comme le manioc et le riz. « Les chercheurs se sont mobilisé il y a quelques années pour venir au secours du manioc menacé de disparition ».

De son côté Madame Ana Elisa de Santana Représentante de l’Unesco au Congo a promis tout le soutien et l’accompagnement de cet organisme des Nations Unies au développement de la recherche scientifique au Congo.

                                                                               

Il existe au Congo plusieurs organes dédiés au développement de la science. C’est le cas de l’Académie Nationale des sciences et des Technologies dont le Secrétaire Permanent, Armand MOYIKOUA, a retracé dans son discours les différente péripéties qui ont  conduit à la création des académies de sciences sur le continent africain où, dit-il, les pays anglophones sont en avance sur les pays francophones dans le domaines de la science.

 

Sortir le système national de recherche scientifique de sentiers battus et de la navigation à vue, c’est en tout cas ce qu’espère le Ministre Hellot Matson MAMPOUYA. Il l’a dit dans son discours.

Photo: Droits revservés.

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article