Les banques appelées à faire plus dans l’octroi des crédits aux entreprises.

Publié le par Jean Eudes GANGA MICKEMBY

Cette invite a été formulée par Ingrid EBOUKA-BABACKAS , Ministre du Plan , de la statistique et de l’Intégration Régionale dans une interview accordée à la presse au sortir de  la réunion du Conseil National du Crédit tenue à Brazzaville le 15 mars 2017 dans les locaux de la Direction nationale de  la Banque des Etats de l’Afrique Centrale. 

La réunion présidée par Calixte NGANONGO, Ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public, en présence d’Abbas MAHAMAT TOLLI, Gouverneur de la BEAC, s’est penchée sur la conjoncture économique internationale et nationale  au quatrième trimestre de 2016, ainsi que les perspectives pour 2017. Au  niveau national le Conseil a noté que l’économie reste affectée par la chute des prix du pétrole. Selon les estimations de la BEAC,  le taux de croissance du PIB  était de -2,1 % en 2016, après 2, 8% en 2015. Une régression liée à la baisse des prix du pétrole bien sûr et au fléchissement des autres activités économiques. Pour 2017, de bonnes perspectives  sont attendues : un taux de croissance de +1% , ce en raison du rebond de la production pétrolière.

S’agissant de l’activité des banques, le Conseil National du Crédit souligne  que celles-ci  ont maintenu  leurs principaux équilibres financiers. A la fin de décembre 2016, souligne le communiqué final des travaux, elles ont enregistré  une baisse de leurs dépôts de 14,4% et une hausse des crédits  à l’économie de 3,2%. Mais pour la ministre du Plan, Ingrid EBOUKA-BABAKAS, elles doivent faire plus :  « Lorsqu’un Conseil nationale du crédit  il examine d’abord la conjoncture macroéconomique et il rapporte cette conjoncture à ce que le secteur bancaire  ou de la micro finance peut faire pour mieux accompagner notre secteur économique…De façon concrète nous avons attiré l’attention des banquiers pour leur demander de mieux financer l’économie mais surtout d’avoir une plus forte implication en nous faisant aussi des propositions ».

Au sujet justement du financement des entreprises, le Conseil a pris connaissance du projet de rapport d’étape sur la collecte de données de l’enquête sur l’accès au financement des Petites et moyennes entreprises du Congo dont la version définitive sera examinée lors des prochains travaux.

Le Conseil se veut par ailleurs rassurant concernant l’atténuation de l’inflation en 2017. En effet, celle-ci a été accentuée en 2016 en raison des perturbations du trafic ferroviaire et routier entre Brazzaville, la capitale politique,  et Pointe noire, la capitale économique du pays. Des mesures dite de maitrise  des finances publiques et d’amélioration  du transport devraient être la réponse aux tensions inflationnistes.

 

Jean Eudes GANGA MICKEMBY.

Publié dans Actualité