Joseph KINGOUMBI KIA MBOUNGOU annonce sa candidature à l’élection présidentielle du 20 mars

Publié le par Jean Eudes Ganga Mickemby

Il est le premier à annoncer sa candidature à l’élection présidentielle du 20 mars prochain. Cette annonce été faite mercredi dernier à l’Hôtel de ville de Brazzaville. C’est officielle Joseph Kingoumbi kia Mboungou est le candidat de la Chaine, l’association dont il est le président. Pour la troisième fois donc, Joseph Kingoumbi kia Mboungou brigue le fauteuil présidentiel après ses tentatives de 2002 et 2009, battu par Denis Sassou-Nguesso. « Gouverner autrement », c’est le leitmotiv du candidat Kignoumbi pour qui, « Le Congo passe avant tout et doit être au cœur de notre engagement citoyen ». Par ailleurs, ce dernier pointe du doigt sans gants le Parti Congolais du Travail . « Après quarante-deux ans de pouvoir en cinquante cinq ans d’indépendance, est-il encore légitime de continuer à faire confiance au Parti Congolais du Travail ? », s’interroge –t-il. Le bilan du gouvernement est très accablant, poursuit-il, en s’appuyant sur la situation du pays aux plans politique, financier et économique, démocratique et institutionnel.

Au plan politique par exemple Joseph Kingoumbi kia Mboungou évoque le chômage de masse des jeunes ou encore l’unité nationale qui selon lui est mise à mal à cause de l’intransigeance des hommes politiques. Au plan politique le candidat épingle le conflit entre l’opposition et le pouvoir qui, pense-t-il, ne fait aucun effort de décrispation. Au plan démocratique, Joseph Kingoumbi kia Mboungou pense que le Congo a « régressé au seul motif que le pouvoir actuel s’est octroyé une autorité absolue pour brouiller selon sa propre convenance le jeu et les règles démocratique établis ».

Joseph Kingoumbi kia Mboungou dit avoir longtemps consulté et écouté plusieurs personnes de toutes conditions, les membres de la Chaine de Brazzaville et de tout le pays avant de poser sa candidature.

ANALYSE

Joseph Kingoumbi kia Mboungou est pourtant membre de l’UPADS, un parti qui n’a pas encore investi un candidat à la présidentielle. Sa candidature pour le compte de son association, La Chaîne, est perçue comme une rupture avec son parti pour envisager une nouvelle aventure politique d’autant plus que depuis quelques mois, Joseph Kingoumbi kia Mboungou n’a plus été clair lors des différentes conférences de presse sur sa situation au niveau du parti.

Quelles chances ?

Quelles pourraient être les chances du Président de « La Chaine » au cas où l’IDC –FROCAD opterait finalement pour une candidature unique ? Ces chances seraient très moindres car il est difficile pour une association de faire face à de grands partis unis comme l’UPADS, le MCDDI, le CADD, le MUST. Dans tous les cas, on peut comprendre l’option de Kingoumbi kia Mboungou , car , il n’était pas sûr qu’il compte sur l’UPADS pour être investi comme candidat. Il joue donc son va tout car sa visibilité politique passe aussi par là.

Comment gérerait-il l’après élection présidentielle en cas de défaite ?

En cas de défaite, le candidat Kignoumbi devra affronter l’épreuve de la réconciliation avec ses frères du parti, l’UPADS au cas où celui-ci gagnerait l’élection pour un repositionnement. Au cas où c’est l’actuelle majorité qui gagnerait, Joseph Kingoumbi kia Mboungou sera peut-être conduit à s’allier à elle. Sa survie politique pourrait peut-être en dépendre !

Publié dans Actualité

Commenter cet article